L’épargne salariale

Pour le droit français, l’épargne salariale, c’est l’ensemble des mécanismes qui permettent aux employés de contribuer au bon fonctionnement de leur entreprise. Cette dernière pourra les aider en retour à épargner. Ainsi, ils bénéficient d’une fraction des bénéfices de l’entreprise. L’épargne salariale est fondée sur la base de trois procédés juridiques à savoir les plans d’épargne salariale, la participation au bénéfice et l’intéressement. Et parmi ces éléments, seul l’intéressement est soumis à l’impôt sur le revenu.

À quoi sert l’épargne salariale. Associé financièrement à la bonne marche de l’entreprise

L’épargne salariale séduit sans doute bon nombre de chefs d’entreprise et d’employés. Elle se présente non seulement comme un complément de paiement, mais aussi, comme une sorte d’économie mise en œuvre par l’entreprise. L’épargne salariale a ainsi de nombreux avantages, parce qu’elle prend en compte les coûts de tenue du compte d’épargne et les contributions de chaque salarié, tout en leur permettant de faire davantage d’économies. Elle permet aux salariés d’une entreprise de gagner grâce  à la bourse sans risquer sur les marchés. En résumé, c’est en quelque sorte,  le versement facultatif du chef d’entreprise et l’affection de la contribution des employés.

Qu’est-ce que l’épargne salariale

L’épargne salariale est une cotisation des salariés, avec la participation de leur entreprise. Toutefois, des règles ont été mises en œuvre par la loi, pour une bonne application de l’épargne salariale dans les différentes entreprises. Elle s’appuie sur des mécanismes de l’intéressement et de la participation. Le fait de donner une partie de son salaire permet à l’employé d’être associé aux différents résultats de l’entreprise. Et ainsi, une partie du bénéfice lui sera attribuée. Mais, il est important de noter que l’épargne salariale est obligatoirement soumise aux entreprises de plus de 50 employés, et celles qui sont en dessous de ce nombre peuvent s’y passer.

 Ça touche 40 % des salaires

Au moment où l’entreprise a décidé de mettre en place l’épargne salariale, alors tous les salariés peuvent y avoir accès. Toutefois, il existe certaines conditions qu’il faut respecter. Si le salarié a eu à effectuer des versements personnels, et aujourd’hui s’il quitte l’entreprise, parce que son contrat est arrivé à terme, alors il peut garder le plan d’épargne. Mais, si des versements n’ont pas été effectués au préalable, alors, ses versements ne pourront plus être acceptés, après son départ.

Aide au financement à la retraite

Bon nombre de salariés français ne touchent pas à leur épargne salariale. Ils comptent beaucoup sur elle, pour financer leur retraite. C’est pourquoi, sauf en cas de besoins nécessaires, ils le laissent dans les caisses de leur entreprise, afin de mieux préparer leur retraite.

Participation au bénéfice

La participation permet aux employés de se partager une part des bénéfices obtenus par l’entreprise. Sur la fiscalité, la participation est très avantageuse, parce qu’elle est exonérée de charges sociales patronales et salariales, déductibles de l’impôt sur les bénéfices, et enfin, soumise au forfait social.

Le Perco

Le plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) donne la possibilité aux employés de se constituer une épargne qui est accessible au moment de la retraite, sous forme de rente. Pour les entreprises de moins de 250 employés, ce plan reste aussi accessible aux dirigeants et à ses associés, aux collaborateurs, aux PDG, aux gérants ou les membres qui sont au niveau de la direction. En effet, pour bénéficier d’un perco, il faut une condition d’ancienneté, minimum trois mois. Pour un salarié qui a déjà eu à verser un Perco et qui doit partir en retraite, tant que son argent n’est pas utilisé, il peut tout de même continuer à profiter du Perco. Et concernant l’employé dont le contrat a expiré ou est interrompu, sans être lié à un départ à la retraite, il peut aussi bénéficier du Perco. Mais au cas contraire, c’est-à-dire s’il accède au Perco de son nouvel employeur, il ne pourra plus alors en profiter.

C’est aux salariés de choisir

Il existe trois types de plans d’épargne à savoir, le plan d’épargne entreprise (PEE), le plan d’épargne inter entreprise (PEI) et le plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco). Le PEE est certes facultatif, mais il permet aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières. Quant au PEI, il permet de rendre la tâche facile aux petites et moyennes entreprises qui veulent mettre en place un plan d’épargne salariale. Et enfin en ce qui concerne le Perco, il est conçu au profit des retraités. Et c’est aux salariés de faire leur choix sur chacun de ces plans, conformément à leur statut dans l’entreprise.

Comment peut-on développer ce type d’épargne ?

Le rassemblement de l’épargne salariale est fait par différents dispositifs que sont la participation et l’intéressement qui mettent en place le système de primes, ainsi que le PEE et le Perco, qui donnent la possibilité de se constituer une épargne salariale. Des primes annuelles sont reversées aux employés par l’entreprise d’une manière collective. Concernant le contrôle des frais de charges sociales, les chefs d’entreprises ont de fortes attentes, parce qu’ils maîtrisent parfaitement leur budget, avec l’épargne salariale. Dans chaque entreprise, les sommes investies et les formules de l’épargne salariale peuvent être, chaque année, aménagées, amendées ou arrêtées.

 Conclusion

Néanmoins, l’épargne salariale a aussi certaines limites. D’une part, en cas de faillite de l’entreprise, elle a tendance à augmenter le risque des employés. S’il se trouve que l’épargne salariale a été mise en action, alors ils perdent à la fois leur emploi et leur épargne. Et d’autre part, dans les marchés financiers, ils ne profitent pas de la réduction du risque qui est permise par la diversification de ces marchés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *